Les échecs : Un excellent jeu pour les enfants

Vous êtes parents, et vous êtes à la recherche d’un passe-temps pour faire progresser vos enfants rapidement ? Inscrivez-le dans les groupes de jeux d’échecs, car ce jeu peut lui offrir de nombreux avantages et lui permet de pousser leurs limites mentales et physiques. De ce fait, nous avons rédigé cet article pour vous aider à tout savoir sur ce jeu pour votre enfant.

Alors, n'hésitez pas à aller jusqu'au bout !

A quel âge un enfant peut jouer aux échecs ?

Selon les experts, à partir de 4 ans, l’enfant peut commencer à jouer aux échecs. Il commencera à apprendre la bataille des pions en enlevant toutes les autres pièces. Toutefois, certains parents décident que la pratique de ce fameux jeu est dédiée pour un enfant âgé de 6 ans. À cet âge, le cerveau de l’enfant est en pleine croissance.

Apprendre les principes de base aux échecs

Les bases doivent être priorisées, c’est pour cela qu’il est très important de le faire savoir aux enfants. Le jeu d’échecs se joue avec deux joueurs dont chacun trouve la meilleure façon de gagner une partie. La première joue avec les pièces blanches et le second avec les pions noirs. Le jeu se déroule alternativement, c’est-à-dire, le premier déplace une pièce, après, c’est le tour de l’autre. Le but dans ce jeu, c’est que chacun doit utiliser leur propre stratégie, d’empêcher l’autre de gagner et vice-versa. Afin de remporter la partie, il faut passer par l’élimination de chaque pièce de l’adversaire et lorsque l’un des joueurs n’arrive plus à déplacer ou à protéger son roi, on dit « échec et mat’ et il remporte la partie.

D’un autre côté, il est bon à savoir qu’une table d’échiquier est composée de 8 colonnes et de 8 rangées, dont 32 carrés blancs et 32 carrés noirs. Sur les bords des colonnes et les rangées sont inscrites des chiffres et des lettres afin de faciliter la mémorisation des emplacements des pièces sur l’échiquier. Alors si vous voulez apprendre vous-même votre enfant, on vous conseille de commencer avec une bataille de pions, car en général, c’est le plus facile à déplacer de toutes les autres pièces.

 

Comment apprendre à jouer aux échecs à un enfant ?

De nos jours, il existe déjà de nombreuses plateformes pour apprendre à jouer aux échecs, quel que soit l’âge. L’apprentissage se déroule étape par étape de façon à ne pas décourager les apprentis dès le départ. Les professeurs leur apprennent le vocabulaire et quelques règles de base ainsi que les rôles de chaque pièce et ses mouvements.

À part cela, vous avez aussi la possibilité de l’apprendre sur les bases si vous êtes connaisseurs du jeu ou juste un joueur. De ce fait, il faut rester très simple dans les explications, et ne pas utiliser des mots compliqués tout en allant étape par étape. Après quelques explications sur la base du jeu, incitez-le à placer les pièces sur l’échiquier dans le même ordre, les noirs d’un côté et les blancs d’autres. En général, il y en a 8 pins, 2 cavaliers, 2 tours, 2 fous, une dame et un roi. Montrez-lui leurs emplacements respectifs sur la table d’échiquier. Tout le monde a sa manière de les placer, mais voici une autre façon très facile pour votre enfant de le retenir :

– Placez un tour de chaque coin de l’échiquier,

– Procéder de même pour les cavaliers près de chaque tour,

– De même pour les fous à côté du cavalier,

– La dame et le roi dans les 2 cases restantes,

– Enfin, placez tous les pions devant toutes les pièces.

Quel est l'intérêt d'apprendre à son enfant à jouer aux échecs ?

Il existe plusieurs intérêts d’apprendre à son enfant les échecs, car devant le plateau tout le monde est de même égalité, plus de handicaps, plus de différences entre eux. Chacun doit faire tout son possible pour gagner. Pour cela, il faut juste être un stratège ou compétiteur. Ce beau jeu est très bénéfique pour la plupart des enfants qui manquent de confiance en eux. Une fois qu’il gagne, la joie se voit sur son visage et il commence à construire sa confiance petit à petit. Par contre, il ne suffit pas toujours de créer de super combinaisons ou de faire des calculs le plus vite pour gagner une partie, le but, c’est de jouer et de profiter du plaisir partagé avec votre adversaire.

Les 3 meilleurs joueurs d’échecs de l’Histoire

Si vous êtes un passionné de jeu d’échecs, vous nommerez dans votre tête plusieurs joueurs d’échecs, juste en entendant « meilleur joueur de tout le temps ». Si vous êtes un amateur, ne vous inquiétez pas, nous allons énumérer 3 meilleurs joueurs de l’histoire dans cet article. De plus, il est nécessaire de les connaître pour avoir une idée de quel style de jeu vous voulez créer.

Bobby Fisher

Bobby Fischer, un Chicagoain né le 9 mars 1943 dans l’État de l’Illinois. De plus de son jeune âge, il commence à s’intéresser au jeu. À l’âge de son adolescence, il abandonne l’école pour consacrer tout son temps à jouer et apprendre davantage sur les échecs. Bobby Fischer a été élevé sans père qui par contre a le privilège d’entretenir une relation avec sa mère Regina Wender Fischer. Il a accompli de nombreux exploits dans le domaine des échecs, avant de mourir vers le début de l’année 2008.

En 1956, Fischer a affronté Donald Byrne afin de remporter le duel « du siècle », qui l’a rendu célèbre et attire l’attention internationale. En 1958, il a atteint le sommet en battant le record de Boris Spassky, et décroche le titre de « grand maître ». Après cela, il a remporté l’un des huit championnats d’échecs américains dans la même année.

En 1966, un super tournoi a été organisé en Californie, où il a gagné la deuxième place, devancée par Boris Spassky. Ensuite, en 1971, Bobby Fischer a remporté 20 parties consécutives. Ces derniers ont marqué dans l’histoire, la plus longue série de victoires continue. Il a parcouru tous ses exploits pendant son existence, avant de mourir d’une insuffisance rénale le 17 janvier 2008.

Magnus Carlsen

Son vrai nom est Sven Magnus Øen Carlsen, né à Tønsberg en Norvège le 30 novembre 1990. Ce jeune joueur a remporté le titre « Grand Maitre international », le numéro 1 du classement Elo et aussi le titre du champion du monde. Ce champion a gagné 2 882 points dans le classement Elo au 1er mai 2014. C’est le classement le plus haut de toute l’histoire avant les 2851 points de Garry Kasparov en 1999.

Magnus Carlsen a parcouru pas mal d’exploits, il a su tenir son titre de champion du monde à partir de 2013 à 2021 contre des adversaires de même niveau et capacité que lui. Par exemple, il a vaincu Viswanathan Anand en 2013, Sergueï Kariakine en 2018, Fabiano Caruana l’année dernière… À part cela, il a attiré l’attention des organisateurs et joueurs d’échecs du monde entier en remportant la victoire du fameux tournoi « C du Tournoi de Wijk aan Zee » en janvier 2004, alors qu’il n’avait que 13 ans. Par ailleurs, il est devenu champion du monde de blitz en 2 années successives, 2009 et 2010. En effet, la FIDE l’a nommé meilleur joueur. En 2013, il est devenu le deuxième plus jeune champion du monde, il a défendu son titre avec succès en 2014.

Alexandre Alekhine

Ce joueur est né le 19 octobre 1892 à Moscou avec une nationalité française. Son vrai nom, c’est Alexandre Aleksandrovitch Alekhine et c’est un des joueurs russes très renommés. Il a remporté le titre de champion du monde à partir de 1927 jusqu’à 1935 et il a fait une petite pause pendant 2 ans et reprend le flambeau en 1937 jusqu’à sa mort l’année 1946 à Portugal.

En effet ; il a dominé le monde des échecs durant des années et protégé son titre jusqu’à la mort. Il est reconnu par son mode d’attaque hors du commun et inimaginable. Il est très habile dans des combinaisons différentes, de même c’est l’auteur d’une livre sur les échecs et théoricien d’échecs. Concernant les Jeux olympiques, il fait partie de la 8e Olympiade des jeux d’échecs à Buenos Aires, et il a remporté 9 médailles d’argent.

Les stratégies à connaître aux échecs

Avant tout, les échecs sont des jeux de stratégies. En effet, il faut mettre en place un plan à long terme afin de ne pas faire n’importe quoi à tout moment. D’ailleurs, ses jeux de stratégie nous aident quotidiennement. Par exemple, ils nous aident à faire des plans pour le futur, à fixer des objectifs… À part cela, les échecs nous apprennent de nombreuses choses durant le jeu. De plus, cette découverte est au cœur de l’attrait particulier de ce jeu. Donc, nous allons voir dans cet article différentes stratégies qu’on doit connaître pour garantir une victoire !

La protection du roi

Le roi, quel que soit le contexte, il doit être à tout prix protégé. C’est le cas dans le jeu d’échecs, si votre roi est à découvert, il sera facile pour l’adversaire de faire un échec et mat.

Pour cela, certains experts recommandent de le placer dans un coin où sa protection sera fortifiée. D’ailleurs, dans les échecs, il y a un mouvement appelé « Roque » qui consiste à échanger la place du tour avec le roi. C’est-à-dire, un mouvement très spécial pour mettre en sécurité le roi. Ce déplacement est pratiqué quand il n’y a plus d’obstacles entre ces deux pièces.

Toutefois, il est conseillé de roquer le plus rapidement possible et ne pas attendre que votre souverain soit à découvert. De même, à vous de faire tout le possible pour que le roi de votre adversaire ne puisse pas roquer.

Utiliser plusieurs fourchettes

C’est une tactique très classique comme bon nombre de joueurs l’utilisent pour faire fuir les pièces des adversaires. Cette tactique consiste à placer des pièces afin de créer des pièges et de les menacer en même temps. C’est très pratique lors d’un jeu d’échecs, car il vous garantit à l’avance une pièce gagnée au coup suivant. Au cours du temps, en utilisant souvent cette technique, vous trouverez de nouveau style de fourchette différente. Par exemple, le plus utilisé, c’est le cavalier, puisque celui-ci peut menacer plusieurs pièces à la fois selon sa position. À part cela, le petit pion aussi a le pouvoir d’intimider deux pièces en sa diagonale… En effet, il existe de nombreux types de fourchettes que vous pouvez utiliser dans ce jeu, à vous de les mettre en œuvres jusqu’à échec et mat.

Clouz les pièces de vos adversaires

Il existe une technique pour immobiliser votre adversaire aux échecs. Il s’agit du clouage. Son objectif, c’est de mettre en échec une pièce pour qu’il ne puisse plus se déplacer. En plus, cette stratégie s’allie avec la technique de la fourchette, car votre pièce qui met en échec est protégée par d’autres. Ces deux techniques sont très efficaces pour limiter les déplacements des pièces du camp adverse. En effet, seules les pièces qui peuvent faire un déplacement à longue distance peuvent être déplacées lors de l’utilisation de cette stratégie.

Activez toutes vos pièces et ne les sacrifiez pas inutilement

Le but du jeu d’échecs à part l’échec et mat, c’est d’avoir en possession plusieurs pièces possibles à la fin du duel. Alors, ne sacrifiez pas inutilement vos pièces. Si jamais vous devez sacrifier une pièce, veillez à ce que son sacrifice n’est pas en vain. Quelle que soit sa valeur, elles sont toutes utiles pour parvenir à faire échec et mat.

D’un autre côté, essayez de libérer tous les bords de l’échiquier pour contrôler son centre.

C’est-à-dire, dans cette partie, vos pièces seront libres dans leurs déplacements que d’être placé sur un bord. En effet, c’est la stratégie le plus utilisée par tous les amateurs ainsi que les professionnels. Par contre, éviter d’exposer votre roi très rapidement, car un fou ou une dame peut vous faire échec et mat. À part cela, toutes les pièces sont toutes déplaçables dans tout le sens durant la rencontre. En réalité, ce sont vos petites armées, alors, mobilisez-les toutes et ne vous contentez pas d’utiliser une seule pièce en début du jeu pour ravager votre adversaire.

Pour cela, n’hésitez pas à utiliser les pièces puissantes pendant votre rencontre

Comment parfaire votre attaque ?

En général, si vous êtes débutant, vous essaierez toujours de vous défendre contre les attaques de votre adversaire. Pourtant, le but du jeu, c’est de faire échec et mat le premier. Alors, il existe deux grands principes pour attaquer votre adversaire, le premier consiste à attaquer le roi en 3 pièces pour l’empêcher de roquer. Le second, c’est de garder le centre fermé et en sécurité. Pour ce faire, piégez votre adversaire dans cet endroit en utilisant les différentes techniques comme fourchette, clouage… afin de l’immobiliser et de parvenir à se déplacer librement.

Posts navigation

1 2
Scroll to top